Victoire et Léa: « Le luxe ne connait pas la crise ! »

Face aux risques d’un marché international en pleine crise depuis 2008, le luxe a su tirer profit de la situation. alors que la plupart des autres secteurs traversent une période difficile, le luxe a non seulement conservé sa stabilité mais a aussi multiplié son chiffre d’affaire! le luxe continue donc d’ignorer la conjoncture mondiale. 

En effet, LVMH et PPR enregistrent toujours des taux de croissance à deux chiffres. leurs patrons (Bernard Arnault et Francois Henri Pinault) sont confiant dans la capacité de leurs groupes à gagner de nouvelles parts de marchés d’ici la fin de l’année. LVMH contenant les marques prestigieuses comme louis vuitton, Givenchy, Celine ou encore bulgari) a annoncé un bond de 28% des bénéfices.

Comment cela est il possible ?

–  les marques de luxe se sont permis d’augmenter les prix pendant la récession.

– aussi, lorsque la situation socio-économique est mauvaise, les habitudes des consommateurs changent. Le conso traditionnels des produits de luxe peut et pourra toujours les acheter, car il n’est pas concerné par la crise. cependant, concernant le conso occasionnel, ce dernier peut décider de se payer le luxe de s’acheter un produit de marque, cher mais sublime à ses yeux, pour se faire plaisir et conjurer ainsi la crise. on parle d’acte compulsif d’achat assez fréquent chez nous les femmes!
– et surtout la conquête de nouveaux marchés notamment dans les pays émergents ou leur croissance de cessent de grimper ( les BRICS: brésil, russie, inde, chine et afrique du sud)
Sur le marché du luxe, la 1ere position est détenu par les EU, suivit par les japonais et ensuite les chinois. cependant d’après les prévisions de divers rapports,  les chinois devraient devenir le premier marché du luxe en 2020! on comprend pourquoi toutes les marques de luxe tentent les unes après les autres de s’implanter en chine. les consommateurs chinois représentent aujourd’hui environ 27% de la consommation de luxe. 60% préfèrent acheter à l’étranger contre 40% qui achètent dans leur pays.
Cependant, il faut noter les difficultés à s’implanter sur un tel marché. la chine est un terrain hétérogène à différents point de vue. avec une superficie deux fois et demi supérieur à celle des 27 pays européen, la chine regroupe des populations vivants dans des conditions très différentes. chaque ville évolue à un rythme différent avec des caractéristiques propres. ainsi, les grandes enseignes ne peuvent pas pénétrer le marché chinois mais bel et bien LES marchés chinois. de plus, ces marchés ne sont pas si facile à apprivoiser. de nombreuses stratégies doivent être mise en place pour tenter de s’introduire dans ces marchés et y rester. les marques de luxe doivent comprendre et cerner la clientèle chinoise. on n’achète pas un produit de luxe pour répondre à un besoin mais bien à un désir.  différentes stratégies sont observables :
– tout d’abord Hermes qui a décidé de lancer en 2010 une marque exclusivement pour la chine nommée Shang Xia. elle propose du prêt à porter, du mobilier et des arts de la table dessinés selon les codes de la culture chinoise.
– d’autres marqués ont plutôt voulu créer des collections spéciales pour la chine. ex: l’horloger suisse Piaget qui célèbre 2012 l’année du dragon aux cotés des chinois
– recemment, Karl lagerfeld a décidé d’élaborer un recit a destination du marché chinois. il avait mis en avant la fascination de coco chanel pour les chinoiseies alors qu’elle n’est jamais allée en chine. cette stratégie n’est réalisable qu’a court terme.
Les marques regorgent d’inventions et de stratégies pour pénétrer les marchés chinois qui demeurent complexes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *