Usine Nouvelle: Astéroïde, l’industrie spatiale au service de la protection de la Terre

L’astéroïde 2012 DA14 va passer le 15 février à 28 000 km de la Terre. L’occasion pour l’Union européenne de valoriser son programme d’étude sur un bouclier antigéocroiseurs, NEO-Shield, piloté par Astrium, la branche spatiale d’EADS.

Peindre l’astéroïde en blanc pour que le rayonnement du soleil fasse dévier sa trajectoire, le faire exploser à la manière du blockbuster américain Armageddon… les théories les plus farfelues circulent sur les moyens que les humains pourraient mettre en oeuvre si un astéroïde menaçait la Terre.

Très sérieusement pourtant, l’Union européenne réfléchit à la protection à long terme de la Terre contre les impacts de géocroiseurs (objet astonomique dont l’orbite autour du Soleil le mène près de la Terre, comme les astéroïdes ou les comètes) avec le projet d’études NEO-Shield.

Astrium, la branche spatiale du groupe européen EADS basée en France, agit en tant que chef de file industriel du consortium international chargé de ce programme : « Parmi les concepts envisagés, l’un des plus prometteurs est l’impacteur cinétique, un véhicule envoyé à grande vitesse contre l’astéroïde en approche pour provoquer une impulsion destinée à le dévier de sa trajectoire et éviter la collision avec la Terre », décrit la firme dans un communiqué.

L’agence spatiale européenne (ESA) s’était déjà intéressée à un tel projet en 2004. Selon Astrium, le projet NEO-Shield sera « réactualisé et poussé plus avant », constituant « la plus importante activité internationale menée dans ce domaine », et mobilisant « des institutions et entreprises issues de toute l’Europe, des Etats- Unis et de Russie ».

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *