Salon de la FIDAE : perspectives en Amérique du Sud pour les géants européens et PME françaises

Du 27 mars au 1er avril 2012 se déroule actuellement sur l’aéroport Comodoro Arturo Merino Benitez de Santiago du Chili, la “FIDAE” (Feria Internacional del Aire y del Espacio), le Salon International de l’Air et de l’Espace. Cette exposition se déroule tous les deux ans au Chili.

C’est le plus grand salon aéronautique d’Amérique Latine, ce qui en fait une excellente occasion, pour deux grands constructeurs aéronautiques, d’exposer leurs avions les plus compétitifs pour tenter de séduire les acheteurs.

Boeing tentera de séduire avec son 787 Dreamliner, face à Airbus et ses deux avions vedettes, l’Airbus A380 et l’Airbus A320 Neo. C’est la compagnie aérienne LAN Airlines qui a fait la promotion du Boeing 787 dont elle doit recevoir cette année le premier des 32 appareils commandés.

De son côté, l’Airbus A380 est présent à Santiago après avoir effectué une tournée à São Paulo et Rio de Janeiro les 22 et 23 mars, puis Buenos Aires le 30 mars. Néanmoins, selon Rafael Alonso, responsable d’Airbus en Amérique Latine et aux Antilles, l’avion ne sera présent qu’en présentation et non en vente.

En outre, son avion militaire Airbus Military A400M Grizzly a également fait son apparition pour la première fois en Amérique Latine et s’est par la suite rendu le 28 mars à Lima, au Pérou, pour y réaliser des essais de vols à haute altitude, entre Cochabamba et La Paz en Bolivie.

En effet, les perspectives s’avèrent attrayantes pour les deux géants de l’aéronautique dans les 20 ans à venir. Selon Airbus, l’Amérique latine aura besoin de 2.000 avions de ligne, soit un marché de près de 197 milliards de dollars. Pour sa part, Van Rex Gallard, l’un des responsables commerciaux de Boeing pour l’Amérique latine, l’Afrique et les Antilles, estime ce marché à  2.500 avions de ligne pour 250 milliards de dollars.

EADS est également présent via Astrium qui vient d’achever avec succès la recette en vol du satellite du système satellitaire SSOT (Sistema Satelital para la Observación de la Tierra), lancé le 16 décembre 2011 depuis le centre spatial Guyanais. Moins de trois mois après son lancement, le satellite a été déclaré « accepté » par la FACh (Fuerza Aérea de Chile) sans aucune réserve grâce à des performances exceptionnelles. François Auque, CEO d’Astrium en visite au Chili à l’occasion du salon s’est félicité de cette réussite et espère une  « coopération plus large et intense » avec le pays. En effet, SSOT, dernier système livré à l’exportation par Astrium  est également le plus puissant d’Amérique Latine, avec une résolution de 1,45 m.

Le groupe Eurocopter n’est pas non plus en reste. Présent au salon, il en a profité pour rappeler qu’avec un total de 1200 hélicoptères en opération dans cette zone géographique, il estime détenir plus de 50% du marché civil et parapublic latino-américain, ce qui en fait le leader en Amérique Latine. Très présente sur le marché de l’aviation d’affaires, Eurocopter réussi également dans le domaine militaire et équipe notamment l’armée brésilienne. Helibras, la filiale brésilienne d’Eurocopter, va prochainement inaugurer une nouvelle ligne d’assemblage à Itajuba.

Toutefois, les deux géants de l’aéronautique ne sont pas les seuls présents. Plus de 400 sociétés en provenance de 26 pays prennent part à ce Salon organisé par le ministère chilien de la Défense. D’autres géants, comme Bombardier avec ses avions d’affaires, espèrent tirer leur épingle du jeu.

Ainsi, le complexe militaro-industriel russe est représenté par pas moins de 15 sociétés dont l’agence russe d’exportation d’armements « Rosoboronexport« , le groupe Soukhoï, le groupe Bazalt, et le groupe Missiles tactiques. Le pays y expose ses avions de combat dont le chasseur polyvalent de génération 4++ Su-35, le chasseur polyvalent Su-30MK2, l’avion d’entrainement au combat Yak-130, ainsi que ses hélicoptères Mi-24 et Mi-35, les hélicoptères de combat Mi-28-NE, Ka-50 et Ka-52. La Russie a de grandes ambitions sur le continent et dans les Caraïbes. D’après Sergueï Svetchnikov, chef de la délégation de l’exportateur d’armes russes Rosoboronexport, elle souhaite continuer à développer sa coopération militarotechnique avec Cuba. La Russie va également octroyer à l’Argentine un crédit pour financer l’achat d’hélicoptères de type Mi-171E, reconnus pour leur fiabilité, robustesse et polyvalence.

Enfin, du coté des PME françaises,  Acoem, Aerotec, Geos, Labaronne-Citaf, et Sunaero, membres du cluster Eden (European Defense Economic Network) Rhône-Alpes créé fin 2008 qui rassemble 51 entreprises, ont un stand commun. Selon Thierry Regond, vice-président de Sunaero, «en mutualisant nos coûts, cela permettra d’être présents physiquement pour apprécier les marchés, et faire des démonstrations sur les sites de clients potentiels».

Sunaero a déjà signé un contrat en Argentine, et Labaronne Citaf a ouvert l’année dernière un bureau à Santiago.  Sunaero propose des machines contrôlent l’étanchéité par pressurisation. Acoem équipe de nombreuses armées dans le monde en systèmes de détection des tirs. Aerotec conçoit des équipements de vision nocturne. Le groupe Geos est spécialisé dans la prévention et le management des risques. Enfin, Labaronne-Citaf commercialise des citernes souples pour le stockage et le transport de liquides utilisées par des armées sur des lieux de catastrophe.

Alexandre Mandil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *