Nouvelle de France: « Food à la française… »

Le 16 novembre, l’inscription du repas gastronomique à la française au patrimoine immatériel de l’UNESCO a soufflé sa seconde bougie, fêtant notre si célèbre art du “si bien manger”.

À l’ère du grignotage, de la food fusion, de la junk food, du fast food, du prêt-à-bouffer diversifié que reste-t-il véritablement du repas français ?

Selon un recent sondage Ipsos, le repas à la française demeure une institution et le « passer à table » une pratique à transmettre aux jeunes générations car elle permet d’acquérir de bonnes habitudes alimentaires.

Dont acte.

62% des personnes interrogées essaient de prendre « systématiquement ou souvent » un repas dit à la française.

91% d’entre elles considèrent que le repas à la française, hors-d’œuvre, plat avec légumes ou féculents, laitage et un fruit, est une pratique « plutôt importante » voire « très importante » pour la santé et 93% jugent que « passer à table » est tout aussi important pour la santé que le contenu de leur assiette.

Pour 53% des Français, un repas équilibré est avant tout un repas couvrant leurs besoins énergétiques et nutritionnels et 21% pensent qu’un repas équilibré est tout d’abord un repas pris à table.

Sur ces dix dernières années, près d’un Français sur deux déclare avoir des repas plus équilibrés quand 16% affirment faire le contraire, 29% passant davantage de temps à table, un pourcentage similaire lui en consacrant moins, dont 46% de personnes seules… et 40% des moins de 35 ans.

Malbouffe et jeunesse…

96% considèrent que le repas à la française favorise l’apprentissage des bonnes habitudes alimentaires : manger plus lentement, limiter les grignotages entre les repas… et pour 78 % qu’il s’agit d’une habitude essentielle à transmettre aux enfants.

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *