L’Usine Nouvelle: « Stratégie : Le Google du pétrole »

CGGVeritas, le leader mondial de la sismique, fier de ses racines hexagonales, prend une nouvelle dimension avec l’acquisition des activités géoscience de l’un de ses principaux concurrents.

Devinette : Qui déploie la puissance de calcul et d’analyse de la Nasa, arme des bateaux de plusieurs centaines de millions d’euros bardés de technologies, fait voler des avions « renifleurs » capables de percer les secrets du sol et du sous-sol et embauche des aventuriers capables de percer les pires mangroves, de vivre des mois sur la glace ou dans les déserts les plus isolés ? Les services secrets américains ! Pas du tout. Les services de renseignement chinois, alors ? Vous n’y êtes pas. Cette organisation très particulière, c’est celle d’un champion français très discret : CGGVeritas. Leader mondial de la sismique pour la recherche d’hydrocarbures dans les sous-sols, cette entreprise de taille intermédiaire (ETI) a racheté l’un de ses concurrents néerlandais et détient 25% du marché de son secteur. Née dans les années 1930 à l’initiative des frères Schlumberger, cette pépite navigue à la frontière des industries traditionnelles et du numérique. C’est une entreprise classique qui conçoit et fabrique ses équipements de mesures sismiques, notamment via sa filiale Sercel présente en France, en Chine et aux États-Unis.

Lire la suite de cet article ICI (Payant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *