Les Echos: « Mali, comment fonctionnent les forces spéciales françaises »

Elles combattent en première ligne, mobilisent ce qu’il reste de l’armée malienne et fuient les médias, surtout audiovisuels : les Forces spéciales (FS) sont au coeur de l’engagement français au Mali. Un reporter de l’AFP a rencontré cette semaine certains de ces soldats de l’ombre qui attendaient à Markala, à 270 km au nord-ouest de Bamako, l’arrivée de la première colonne blindée des forces régulières françaises à quitter Bamako pour le nord du Mali.

A condition de ranger l’appareil photo, deux d’entre eux ont donné quelques éléments sur leur mission : d’abord remobiliser des soldats maliens en déroute face à l’offensive des groupes islamistes, qu’ils auraient été dans l’impossibilité d’arrêter sans l’aide des soldats français descendus des avions et des hélicoptères. « Régiment malien… Ouais, si on veut » dit l’un des deux membres des FS. « En fait il n’y a qu’une poignée de courageux qui, quand les barbus attaquent, tiennent une demi-heure et filent ».

Technique et armement moderne

Quand ils sont arrivés, il y a presque une semaine, les forces spéciales françaises ont pris contact avec les soldats maliens qui n’avaient pas fui et leur ont assuré qu’ils n’étaient plus seuls, que des renforts arrivaient. Ils ont été aidés en cela par la campagne aérienne intensive, qui a non seulement arrêté la progression des jihadistes mais a détruit la plupart des bases et des dépôts d’armes des forces islamistes, faisant des dizaines de morts dans leurs rangs.

Et quand il a fallu engager le combat au sol, les Français, leur technique et leur armement moderne ont fait la différence.  Quand les premiers Français sont arrivés, tout a changé » a confié à l’AFP le capitaine Cheichné Konaté, de l’armée malienne à Markala. « Le capitaine Benjamin et ses hommes ont été formidables », dit-il, évoquant le premier groupe de FS arrivés dans la région. « Ils nous ont aidés à reconstituer des défenses compactes. Des hommes qui étaient partis sont revenus. Sans eux, c’était fini pour nous ici ».

Souplesse et capacité d’improvisation

Même s’ils ne sont pas nombreux, les membres des FS disposent d’un appui aérien puissant, qui leur permet d’engager le combat avec des forces bien supérieures. « C’est à l’image de ce qui s’est passé en Afghanistan en 2001 avec des poignées de Special Forces américaines envoyés auprès de l’alliance du Nord contre les talibans », rappelle l’ancien chef d’un service français de renseignement, qui demande à rester anonyme. Ces soldats barbus à casquettes, immédiatement entrés dans la légende militaire américaine, montaient à cheval, demandaient qu’on leur parachute des selles et de l’avoine et désignaient, avec leurs pointeurs lasers, les cibles d’Al Qaïda et des talibans aux chasseurs-bombardiers américains.

« On emploie les forces spéciales dans ce genre de situation, quand il y a urgence et que l’on sait que l’on pourra compter sur leur souplesse, leurs capacités d’improvisation », ajoute la même source. « Des unités régulières, plus structurées, organisées, qui ont l’habitude de faire les choses d’une certaine façon auraient plus de mal à s’adapter », selon elle.

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *