Les Echos: « Bic part en guerre contre la Chine et dénonce la naïveté de Bruxelles »

Les dirigeants du groupe français estiment qu’ils pourraient être les victimes collatérales des importants conflits commerciaux qui apparaissent entre l’Europe et la Chine.

Bic part en guerre contre ce que le groupe appelle la concurrence déloyale. Le fabriquant de briquets fait le forcing auprès de la Commission européenne pour que celle-ci reconduise des mesures antidumping contre les briquets à pierre fabriqués en Chine. Bruxelles pourrait décider de ne pas les renouveler, à la grande fureur des dirigeants de l’entreprise française. « La Commission européenne cède par naïveté et par crainte face à la Chine », tempête François Bich, le responsable de la division briquet et par ailleurs directeur général délégué du groupe, interrogé par « Les Echos ».

A l’origine, ces mesures antidumping avaient été prises en 1991, ce qui en fait les plus vieilles encore en application. C’est justement ce qui pousserait Bruxelles à réfléchir à leur prolongation : il est rare que des mesures durent aussi longtemps. D’autant que le groupe français est plutôt en bonne santé. Mais Bic estime qu’il ne faut pas baisser la garde, au contraire.

« Les Chinois trichent dans tous les domaines. Ils trichent en faisant du dumping, ils trichent en ne respectant pas les normes de sécurité et ils trichent en faisant faire des faux certificats d’origine », dénonce François Bich. Les dirigeants du groupe français estiment qu’ils pourraient être les victimes collatérales des importants conflits commerciaux qui apparaissent entre l’Europe et la Chine, comme sur les panneaux solaires. L’Union européenne n’aurait pas intérêt à ouvrir trop de conflits à la fois…

Interrogée, la Commission n’a pas fait de commentaires. Bic est un habitué des batailles auprès des instances européennes. Le groupe essaie également de faire relever les droits de douane sur les importations de briquets chinois et a lancé des procédures pour le respect des normes de sécurité.

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *