Les Echos: « Armement : la coopération franco-allemande à la peine »

Le 50 e anniversaire du traité de l’Elysée ne devrait pas marquer une relance de la coopération militaire entre les deux pays.

« Je voudrais que ce moment puisse consacrer une nouvelle étape de la construction de l’Europe de la défense », a déclaré François Hollande mercredi dernier au 12 erégiment de cuirassiers d’Olivet, près d’Orléans, en présentant ses voeux aux militaires. Le « moment » en question, c’est la célébration, les 21 et 22 janvier prochain, des cinquante ans du traité de l’Elysée, qui a marqué le renouveau de l’amitié franco-allemande. Les espoirs du Président risquent d’être déçus : des mois d’efforts pour relancer la coopération militaire entre les deux pays sont partis pour déboucher sur une déclaration a minima.

A peine nommé, Jean-Yves Le Drian a pourtant fait de l’axe Paris-Berlin une de ses priorités. Il rencontrera son homologue, Thomas de Maizière, demain après-midi pour évoquer l’anniversaire du traité de l’Elysée et la situation au Mali. Sur ce dernier point, les discussions portent notamment sur la mise à disposition d’avions de transport, qui viendraient en soutien logistique à l’intervention française.

En juin dernier, un document avait été signé entre les deux capitales, listant huit champs de coopération potentiels, des satellites espions aux blindés du futur, en passant par l’A400M ou encore la défense antimissile. Les termes de la déclaration étaient très peu engageants, et faisaient la part belle à des sujets au long cours. Mais l’optimisme était de rigueur.

Le doigt sur la couture du pantalon, militaires, ingénieurs de la DGA et industriels ont creusé le sujet dans les mois qui ont suivi. Pour quel résultat ? Maigre, assure-t-on de sources concordantes. « La relation franco-allemande en matière de défense ? Elle est passée de zéro à epsilon », résume, côté français, un bon connaisseur du dossier. Traduction : on est passé de rien à presque rien. Même son de cloche à Berlin où l’on souligne qu’il ne faut pas attendre, mardi, d’avancée concrète par rapport aux déclarations de juin. Et de rappeler que les programmes d’armement s’inscrivent dans le temps long…

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *