La Tribune: « Budget défense : la France désarme massivement »

Même si le budget de la défense est stabilisé en 2013 par rapport à 2012, il est très en-deçà de ce qui était prévu par la Loi de programmation militaire. Sur la période 2009-2013, l’Hôtel de Brienne aura perdu près de 5 milliards d’euros.

La France désarme massivement… alors que le monde, qui se fait de plus en plus menaçant, notamment en mer de Chine, sans parler de la Syrie, se réarme tout aussi massivement. Ce n’est pas une décision spécifique au nouveau gouvernement Hollande, qui est dans la continuité des derniers budgets de la défense de l’ancienne majorité. Mais une chose est sure, la France désarme au plus mauvais moment… même si cela était attendu. Sur l’actuelle loi de programmation militaire (LPM), le ministère de la Défense aura déjà perdu trois milliards d’euros fin 2012, auxquels il faut désormais rajouter 1,8 milliard, soit la différence entre le projet de budget 2013 et ce qui était prévu dans la LPM.

Comment cela se traduit-il? Dans les faits, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pourtant respecté par l’institution et les industriels de la défense, tente de minimiser cette décrue des crédits budgétaires en faisant valoir que « les ressources totales du budget 2013 sont identiques à celles de 2012 ». Soit 31,42 milliards d’euros, hors pensions mais avec des recettes exceptionnelles évaluées à 1,27 milliard d’euros en 2013 (cessions des bandes de fréquence des systèmes Rubis et Felin et cessions immobilières). « Pour 2014, les crédits budgétaires restent stables à 30,15 milliards d’euros », écrit-il dans la présentation de son budget. Sauf que voilà, le budget de la défense s’écarte inexorablement de la trajectoire budgétaire définie par la LPM 2009-2014. Fin 2012, le ministère aura déjà perdu « près de 3 milliards d’euros » par rapport à ce qui était déterminé dans la LPM. « En définitive, la mission défense a bénéficié de 125,8 milliards d’euros (contre 128,8 milliards prévus, ndlr), les ressources effectives s’écartant progressivement de la trajectoire initialement prévue », explique le ministère.

Près de 5,5 milliards de commandes décalées

Le ministère a d’ailleurs conscience de l’impasse budgétaire. « La stabilisation des ressources exige des économies importantes », estime-t-il. D’autant que la LPM prévoyait 33,2 milliards d’euros pour 2013 (hors pensions). Le ministère va donc économiser 7% sur le fonctionnement courant, respectant strictement la règle prévalant pour l’ensemble des administrations publiques de l’Etat. Il va également rogner sur la masse salariale à hauteur de 0,7%. « Outre la réduction des effectifs, les efforts se concentrent sur une maîtrise des mesures catégorielles et sur un nécessaire ajustement de la pyramide des grades », assure le ministère. Mais ce sont surtout les équipements qui vont trinquer. Près de 5,5 milliards de commandes prévues en 2012 et 2013 ont été décalées, dont près de 4,5 milliards sur les seules opérations d’armement. « Les aménagements retenus permettent de limiter la dépense de l’Etat, notamment en 2013 sans remettre en cause les contrats en cours », affirme le ministère. En outre, ces décisions évitent « d’anticiper les choix qui seront retenus dans le cadre du nouveau libre blanc et de la future LPM ».

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *