Le modèle protectionniste sud-américains : un modèle pour l’Europe ?

Alors que l’Amérique du Sud fait figure de nouvel eldorado, les gouvernements se dotent de mesures  destinées à protéger leurs économies de l’invasion de produits étrangers. De l’autre coté de l’Atlantique, le terme de protectionnisme fait à nouveau son apparition et plus particulièrement dans la campagne présidentielle française, tantôt diabolisé, tantôt remède miracle. Il convient d’analyser ce mouvement sud américain.

L’Amérique du Sud, sans être épargnée, semble résister à la crise. Sacrée sixième économie mondiale en 2010, devant le Royaume Uni, avec 7,5% de croissance et 3% en 2011, le pays, à l’image du continent, fait de plus en plus figure de nouvel eldorado. Selon le ministère Brésilien de la Justice, le nombre de cartes de séjour délivrées a bondi de 67% entre 2009 et 2010 et la tendance s’est encore accélérée cette année. Si les Portugais sont en tête des arrivants, aidés par la langue, suivis par les Boliviens, les Chinois, les Paraguayens et les Coréens, les autres ressortissants européens se bousculent.

De son coté, l’Argentine a bénéficié en 2011 d’une croissance de son PIB de 8.3% à peine inférieure à celle de la Chine et un niveau de chômage passé de 23% en 2002, à 7% aujourd’hui.

En 2009, le président Luiz Inacio Lula da Silva avait affirmé que « le protectionnisme agit comme une drogue, il offre un soulagement immédiat mais place ensuite sa victime dans une dépression prolongée. » Pourtant, plus de deux ans et demi plus tard, les gouvernements d’Amérique du Sud multiplient les tentatives pour ralentir le flot des importations. Face à la crise financière et à un afflux de produits bon marché, certains d’entre eux ont accéléré, la mise en place de nouveaux tarifs douaniers dans le but de protéger l’emploi et la production locale. Pour Guido Mantega, le ministre brésilien des finances, ces mesures sont destinées à construire « une meilleure union » pour se défendre contre « ces invasions de produits provenant de l’extérieur ».

Ainsi, les 20 et 21 décembre, à Montevideo, les pays fondateurs du Mercosur, (l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, L’Uruguay), et associés, (la Bolivie, le Chili, la Colombie, l’Equateur, le Pérou et le Venezuela) ont décidé d’augmenter temporairement leurs taxes d’importation de 140 produits provenant de l’extérieur afin de compenser « les déséquilibres commerciaux provoqués par la conjoncture économique internationale ». Ces augmentations se situent proche, mais sans la dépasser , de la limite de 35% autorisé par l’OMC. L’Organisation mondiale du commerce a malgré tout fait part de ses craintes quant à une éventuelle contagion protectionniste au sein des marchés émergents, pouvant être néfaste pour la croissance mondiale.

L’Amérique du Sud, et en particulier l’Argentine et le Brésil, entendent se protéger de la politique monétaire des Etats-Unis et de la Chine rendant leur monnaie démesurément appréciée face au dollar et au yuan, et accentuant les importations. Bien que le renforcement des monnaies sud-américaines contente la classe moyenne toujours plus nombreuse, la concurrence déloyale, que causent les taux de change défavorables, est dénoncée par les acteurs des secteurs automobiles, textiles, électroniques etc.

Dès 2002, le défaut de Buenos Aires et sa rupture avec le dollar l’avaient coupé des marchés financiers internationaux, imposant au pays un équilibre de son commerce extérieur nécessaire à son indépendance afin éviter d’avoir à vendre des actifs ou utiliser ses réserves pour équilibrer ses comptes avec l’étranger. Au début de l’année 2011, le gouvernement argentin de Cristina Kirchner a mis en place un système de licence d’importation à destination de 600 entreprises étrangères de divers secteurs afin de ralentir et limiter l’entrée sur le territoire de leurs produits. Provoquant tout d’abord une pénurie de nombreux produits ces restrictions ont contraint des sociétés, telles que les sociétés de téléphonie canadienne RIM (BlackBerry), Motorola, Nokia ou Samsung, à ouvrir des usines d’assemblage dans le pays, où le coût de la main-d’oeuvre est dix fois supérieur à celui pratiqué en Chine.

Ces licences d’importations ne sont pas interdites par l’OMC. L’organisation dispose dans son Accord sur les procédures de licences d’importation que ces régimes doivent être simples, transparents et prévisibles. Par exemple, il prévoit que les gouvernements doivent publier des informations suffisantes pour que les négociants sachent comment et pour quelles raisons les licences sont délivrées.

De plus, dans le domaine du jouet, afin de limiter sa dépendance excessive à l’égard de l’extérieur, le gouvernement souhaite diminuer les importations de 45%. La production locale est de fait passée de 5% de la consommation en 2003 à 30% en 2010.  Outre une taxation des importations, le gouvernement a décidé d’interdire les poupées Barbie produites en Chine.

L’Argentine impose désormais aux entreprises qui importent des produits de développer des activités d’exportation dans le pays et considère comme étrangère une entreprise des lors que 25% de son capital est détenu à l’étranger. Le gouvernement a également récemment introduit des limites aux rachats de terres par les étrangers, en visant implicitement la politique chinoise d’achat de terres.

De son coté, le Brésil a mis en place des restrictions sur les importations textiles et a, comme l’Argentine, augmenté leurs contrôles aux frontières et renforcé les mesures anti-dumping monétaires. En effet, selon l’indice Big Mac de The Economist, le real serait la monnaie la plus chère du monde, surévaluée de 52% par rapport au dollar. Le Brésil a vu sa monnaie s’apprécier depuis deux ans et demi, après un plus bas à 2,4 real par dollar pour finir par atteindre 1,57 real par dollar. En cause, la forte croissance du pays, qui attire les capitaux mais aussi des taux d’intérêts à 12.5% pour lutter contre une inflation qui a atteint 6.7% en juin. En conséquence, la production industrielle a reculé de 1.6% sur le mois de juin.

Par ailleurs, Mme Rousseff a décidé de remplacer à la tête du géant minier Vale Roger Agnelli, jugé trop proche des marchés, par Murilo Ferreira, afin de prendre davantage en compte l’ « intérêt national du pays ». Fin 2011 le gouvernement brésilien a annoncé augmenter de 30 % les taxes sur les véhicules importés lorsqu’ils ne proviennent pas au moins à 65 % du pays ou du Mercosur. Cette décision visait à limiter « l’invasion » des voitures étrangères dont les ventes ont augmenté de 35 % par rapport à la même période de 2010, tandis que celles de production nationale n’ont progressé que de 2,2 %. Face aux protestations des constructeurs asiatiques, lesecrétaire d’Etat au commerce extérieur brésilien, Tatiana Prazeres, a affirmé, au journal le monde, agir « dans le cadre strict autorisé par l’OMC”. Il ne s’agit pour le gouvernement brésilien que d’“une réaction provisoire face à la dégradation du marché, précisément pour éviter une contagion de la crise”.

Le pays veut également privilégier les produits locaux dans les appels d’offre qui pourront être jusqu’à 25% plus chers que les importations. Dans le secteur de l’électronique, de nouvelles taxes garantissent aux tablettes produites au Brésil d’être un tiers moins cher que celles fabriquées à l’étranger, ce qui a conduit des entreprises du secteur à produire sur place.

En outre, afin de limiter l’exploitation de ses ressources pétrolières par des entreprises étrangères, ceux-ci  ne peuvent que prétendre au titre de partenaire minoritaire de l’entreprise nationale Petrobras. Le Brésil a de plus, tout comme l’Argentine, introduit des limitations drastiques à l’achat de terres agricoles pour se protéger des appétits extérieur, ce qui aurait provoqué l’annulation d’au moins 15 milliards de dollars d’investissement. Enfin, le pays réfléchirait à l’instauration d’un impôt calculé sur la base de la dépréciation de la monnaie du pays d’origine, en se référent implicitement au yuan.

Enfin, le 16 avril 2012, la présidente argentine Cristina Kirchner, ignorant les avertissements de Madrid, exproprié partiellement la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par l’espagnol Repsol à 57,4 %. Actionnaire à hauteur de seulement 20%, l’Etat Espagnol n’avait que peu de moyens de faire pression, se contentant d’annoncer la réduction des importations de biocarburant argentin.  Le 1er mai, comme à son habitude ce jour là, c’est le président bolivien Evo Morales qui signe un décret pour prendre le contrôle des 99,94 % de Transportadora de Electricidad (TDE).

Selon Sylvie Matelly, directrice de recherche à l’IRIS, en charge de l’économie internationale et de l’économie de la défense, « du point de vue du pays qui nationalise, c’est d’abord une question d’idéologie. Mais c’est aussi une question de choix, par rapport à des secteurs considérés comme stratégiques ». Face à la mondialisation, et dans la droite ligne de la politique des Etats-Unis en la matière, ces pays tiennent à protéger leurs intérêts dans les domaines de la défense, de l’énergie ou des matières premières considérés comme stratégiques.

Les craintes ayant suivi ces nationalisations ne semblent pas pour l’heure fondées. Le sous continent sud-américain reste très attractif pour les investissements étrangers comme l’affirme le dernier rapport de la Cepal (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes) sur les Investissements étrangers directs (IED) en Amérique latine et dans les Caraïbes qui ne montre aucune baisse de l’attractivité du sous-continent, au contraire. Les IED ont atteint un niveau record en 2011 à 153 milliards de dollars ce qui représente 10% des flux mondiaux. Ce montant pourrait être dépassé en 2012.

Le continent américain semble donc, à travers ces différentes mesures destinées à protéger son économie, s’engager dans une régionalisation économique, sans toutefois outrepasser les règles définies par l’OMC. Dilma Rousseff avait ainsi fulminé fin 2011 contre « une avalanche de produits prédateurs qui mettent en danger la croissance et l’emploi », dans le pays. Cependant, l’érection de barrières commerciales des pays d’Amérique latine ne va guère contribuer à améliorer leur position au sein de l’OMC. Le Brésil occupant la dernière place des pays du G20 en matière d’ouverture des marchés.

Alexandre Mandil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *