Challenges: Les exportations d’armes françaises en chute libre en 2012

La France a vendu pour 5 milliards d’euros d’armes à l’étranger en 2012, contre 6,5 milliards l’année précédente, soit une baisse de plus de 20%.

Les exportations d’armes françaises en 2012 ont atteint un niveau de 5 milliards d’euros, en nette baisse par rapport à l’année précédente, en raison d’une vive concurrence, a annoncé mercredi 13 février le Délégué général de l’armement.

« On tangentera les 5 milliards d’euros », a déclaré le délégué général Laurent Collet-Billon, lors d’une conférence de presse. Les chiffres définitifs doivent être annoncés cet été par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, a-t-il précisé.

« On ne peut pas dire que soit un chiffre significativement bon, on espérait un petit peu plus », a reconnu le délégué général.

Les exportations avaient atteint 6,5 milliards d’euros en 2011, en hausse de près de 27% par rapport à 2010, où elles s’étaient montées à 5,12 milliards.

Des Américains très offensifs

Laurent Collet-Billon a expliqué cette baisse par « une concurrence extrêmement forte » sur le marché des armements. Elle est due à la fois au « retour des Américains (qui se montrent) extrêmement offensifs du fait de la diminution des commandes de production » du département de la Défense, et de l’émergence de pays qui accèdent à un niveau technologique qui les rend concurrentiels.

Il a cité pour exemple Israël, « bientôt l’Italie dans le domaine naval », et la Corée du Sud. D’après le quotidien israélien Haaretz, citant les estimations du ministère de la Défense, les exportations de matériel militaire israélien ont grimpé de 20% en 2012 pour atteindre 7 milliards de dollars (5,2 milliards d’euros).

Des efforts sur l’expertise technologique

« En 2013, il est indispensable de poursuivre notre effort sur l’expertise technologique, pour maintenir au meilleur standard les capacités des forces armées et préserver la compétitivité de notre industrie », a-t-il insisté.

La DGA a augmenté en 2012 le montant des études en amont, pour préparer l’avenir des systèmes d’armement, à 706 millions d’euros contre 695 millions en 2011. En raison de la baisse des budgets, elle a en revanche réduit ses commandes de programmes aux industriels, de 7,9 milliards en 2011 à 6,3 milliards l’année dernière.

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *