Atlantico: « La France sait-elle encore quelle est sa place en Afrique ? »

L’ambassade de France prise d’assaut en Centrafrique, des négociations diplomatiques au Mali qui n’attendent que l’avis d’Alger et de Washington : l’Hexagone semble ne pas trop savoir où chercher sa place en Afrique, pris entre les mauvais souvenirs d’un colonialisme conspué et la course aux ressources que se livrent Chine et Etats-Unis.

Atlantico – Les manifestations contre l’ambassade de France à Bangui appelant une intervention de la France, la difficulté pour Paris à s’imposer comme acteur de premier rang dans la crise malienne quand tous les regards se tournent vers Washington et Alger, les discours récurrents dénonçant la Françafrique … Tout cela peut nous amener à nous interroger : quelle est la place de la France aujourd’hui ?

Sonia Le Gouriellec – La France vit actuellement une période transitoire dans ses relations avec certains de ces pays. C’est ce qui explique ses ambivalences et ses hésitations. Notre pays souhaite multilatéraliser, européaniser et africaniser sa politique mais nous sommes confronté à de nombreux blocages. D’une part, l’engagement européen en matière de paix et de sécurité en Afrique semble bloqué au volet préventif et financier. D’autre part, et on le voit avec l’intervention qui se prépare au Mali, les organisations régionales en matière de sécurité en sont encore à leurs balbutiements, et les moyens limités de l’Union africaine ne lui confère pas une efficacité optimale. C’est une position particulièrement inconfortable pour la France qui du coup semble attentiste.

Cela entame la légitimité de la France sur le continent, notamment auprès de la jeunesse. Le risque est de s’enliser dans le temps long de nos partenaires, et de voir la position française marginalisée alors que le continent est désormais un espace « coopétitif », soumis à des influences diverses entrant en compétition ou en coopération. Cette phase transitoire risque aussi d’entrainer une perte de connaissance et de compréhension mutuelles. La question que vous soulevez sur le rôle et l’influence de la France sur le continent est donc légitime et n’a jamais été posée avec autant d’acuité qu’aujourd’hui, bien qu’elle soit rendue difficile par les relations souvent passionnelles, qui lient le pays au continent, représentant souvent un obstacle à une vision rationnelle et globale des problèmes africains. Mais rassurez-vous, les autres puissances éprouvent les mêmes difficultés, brouillées par le panafricanisme et l’afrocentrisme, qui ont voulu donner une vision d’une Afrique qui pourrait être appréhendée et gérée d’un seul bloc. Il faut donc penser l’Afrique dans sa diversité, et y appliquer non pas une politique, mais des politiques africaines.

La France se donne-t-elle les moyens d’une politique moderne en ouvrant un dialogue économique, politique et diplomatique ouvert avec tous les Etats de ce continent ou se contente-t-elle d’entretenir les restes de ses relations avec les anciennes colonies ?

Non, nos dirigeants s’efforcent de s’ouvrir sur les pays qui ne font pas partie du pré carré français. Pour plusieurs raisons. Economique d’une part, d’où l’ouverture vers les pays anglophones. Les leaders régionaux Nigéria, Afrique du Sud, Angola sont particulièrement visés. La France souhaite rester en Afrique pour des raisons qui n’ont pas beaucoup changées : consolider notre position à l’ONU et dans les grandes institutions internationales en général; avoir accès aux matières premières (uranium nigérien, minerais mauritaniens, gaz nigérian …), pour des raisons culturelles également dont la francophonie est un vecteur, regardez la dernière visite de François Hollande en RDC pour le sommet de l’OIF.

Lire la suite de cet article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *