La glorieuse résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Alors que la langue anglaise tend de plus en plus, depuis la seconde guerre mondiale, à s’imposer comme « la langue internationale par excellence », cette dernière pourrait, dans les années à venir, voir sa domination décliner. Parmi les causes qui entraîneraient sa chute se trouve, en tête de liste, la résistance et le retour en force, prochainement, de la francophonie sur le devant de la scène internationale. Face à l’impérialisme linguistique de son grand rival, la langue française est l’une des seules à résister et semble promise à retrouver, d’ici à 2050, le chemin de son rayonnement d’antan.

Influence du français sur l’anglais

Tout d’abord, il convient d’éclaircir un point important. Devant la pléiade de mots d’origine anglo-américaine qui s’imposent à notre vocabulaire courant, on pourrait penser que nous en sommes envahis. Pourtant, il n’y a rien de plus faux. Seul 13% des mots de la langue française sont d’origine étrangère, dont moins de 4% d’emprunt à l’anglais. A titre de comparaison – et quelle comparaison ! -,l’anglais doit 50 à 70% de son vocabulaire à l’ancien français (lui-même enfant du latin et du gaulois).

Cette forte influence linguistique remonte au XIème siècle lorsque Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, envahit la Grande-Bretagne pour y imposer le français (à l’époque franco-normand ou langue d’oïl). Depuis, le pays a gardé toutes les traces de cette période de son histoire – quand la France en garde très peu de l’occupation anglaise lors de la guerre de Cent-Ans.

Auparavant, l’anglais était une langue germanique et scandinave, fruit des invasions successives des Saxons, des Vikings, des Jutes, des Frisons, et des Angles (d’où l’appellation Angleterre, la terre des Angles). Après le passage de Guillaume Ier, de par ses successeurs, le français n’a cessé de dominer. André Crépin, membre de l’Académie, rappelle même qu’il fut une époque où l’on parlait plus le français outre-manche qu’en France (encore dominée par les langues régionales).

Ainsi, le français emprunte peu à l’anglais (comme aux autres langues) quand la devise de la couronne d’Angleterre est en français : « Dieu et mon droit ». Aussi, il est amusant de constater que beaucoup de mots d’origine anglaise qui nous arrivent aujourd’hui sont, en réalité, d’anciens mots français anglicisés. Exemples : interview est l’anglicisation de entrevue, cash est celle de caisse, rosbif vient du verbe rôtir (rostir)…

Lire la suite de l’article ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *